Lettre ouverte de David Rachline sur la situation du pôle pédiatrie de l’hôpital Bonnet Fréjus/Saint-Raphaël

Accueil / Activités à Fréjus / Lettre ouverte de David Rachline sur la situation du pôle pédiatrie de l’hôpital Bonnet Fréjus/Saint-Raphaël

Lettre ouverte de David Rachline communiquée à la Ministre et à l’ARS PACA sur la situation du pôle pédiatrie de l’hôpital Bonnet Fréjus/Saint-Raphaël :

Madame le Ministre,

Monsieur le Directeur de l’ARS PACA,

Je tenais par la présente à attirer votre attention sur la situation préoccupante du pôle pédiatrie ainsi que du pôle Mère/Enfant de l’Hôpital Bonnet de Fréjus/Saint-Raphaël.

Alerté par les représentants du personnel et le syndicat majoritaire de l’Hôpital Bonnet que j’ai reçu dans mon bureau le vendredi 28 avril, je souhaite vous faire part de la situation critique que vive les médecins et le personnel de ces deux pôles, tiraillés entre le sentiment d’abandon de l’Etat dans la continuité du service public et la difficulté à palier la carence du personnel médical.

Outre les restrictions budgétaires imposées qui entrainent une difficulté de fonctionnement non négligeable, le manque de personnel et de médecins a atteint le seuil de « l’humainement supportable » et j’ose ici employer le terme de « désert médical » pour ces deux services.

On ne peut, Madame le Ministre, Monsieur le directeur régional, accepter une telle carence motivée par la seule considération économique alors qu’en terme de services publics, la géographie ainsi que la santé de nos concitoyens ne peuvent être des éléments ignorés. En effet, comment peut-on envisager une telle situation, pire une éventuelle fermeture de ces services qui aurait comme conséquences :

– La disparition d’un service public de pédiatrie dans l’Est Var et donc un temps de parcours considérable pour les familles et les personnes ayant besoin de rejoindre ce type de service (ils devraient se reporter sur Toulon, Cannes ou Nice dans les Alpes-Maritimes) et cela en particulier durant la saison estivale où notre population évolué du simple au triple.

– Un service public et des soins de proximités toujours plus bafoués, avec un maillage du territoire toujours plus faible augmentant encore la désertification médicale, sans compter la perte d’attractivité économique pour notre territoire qui est d’ores et déjà fortement impacté par les restrictions budgétaires et humaines dans le milieu hospitalier.

Je vous propose et nous défendons pour notre part depuis toujours avec les organisations syndicales, une vision à long terme d’un Etat-stratège garantissant des services publics performants sur l’ensemble du territoire (continuité et égalité de la prise en charge des patients).

Comptant sur votre compréhension et en espérant vous avoir convaincu de ne pas engager plus en avant la suppression de ces deux services de l’hôpital Bonnet, je vous prie de croire, Madame le Ministre, Monsieur le Directeur régional, l’expression de ma considération distinguée.

Articles récents

Commencez à taper et appuyez sur Enter pour rechercher