Retour de maladies autrefois disparues : face à l’hystérie, des faits !

Accueil / Activités au Sénat / Retour de maladies autrefois disparues : face à l’hystérie, des faits !

Retour de maladies autrefois disparues : face à l’hystérie, des faits !

Depuis mon intervention à la tribune du Sénat, où j’évoquais le rôle de l’immigration massive dans le retour sur notre sol de maladies disparues depuis longtemps, nous assistons à un déchaînement d’indignations artificielles et de déni. Face à cette hystérie, quels sont les faits ?

Tout d’abord, je n’ai pas affirmé que l’immigration massive était la seule cause du retour de ces maladies. La grande pauvreté, le renoncement aux soins par manque de moyens, la dégradation du service de santé dans notre pays, le mal-logement, l’antibiorésistance, sont également des facteurs non négligeables.

Mais c’est un fait : l’immigration incontrôlée est une cause importante de ce phénomène, et de nombreux rapports officiels et professionnels l’ont affirmé. Les raisons sont là aussi multiples : certains pays d’origine ne sont pas encore parvenus à éradiquer ces maladies, les camps de migrants qui se multiplient sur notre territoire sont des lieux propices, par l’insalubrité et la promiscuité, à leur propagation, et peut s’ajouter à cela l’état de stress, de fatigue et de malnutrition pour beaucoup d’entre eux.

En 2016 s’est tenue à Amsterdam la conférence annuelle de la Société européenne de microbiologie clinique et des maladies infectieuses (ESCMID), où un spécialiste a déclaré que « la tuberculose, la polio et la rougeole devraient être considérées comme des menaces émergentes pour les réfugiés mais aussi pour les régions où ils se trouvent. ». Un rapport de l’Institut de veille sanitaire (InVS) souligne : « Le risque plus élevé de maladie chez les personnes récemment arrivées en France pourrait être lié à leurs conditions de migration et de vie en France. »

« Mal nommer les choses, c’est ajouter du malheur au monde » disait Camus : sortons de l’hystérie et regardons la réalité en face. Une véritable lutte dans notre pays contre le retour de maladies autrefois disparues passe donc, entre autres dispositions, par le contrôle de nos frontières nationales et l’arrêt de l’immigration massive, pour le bien de nos compatriotes comme pour celui de ces migrants.

Leur proposer de venir par centaines de milliers s’entasser en Europe dans ces camps insalubres et de les exposer à ces maladies, est-ce cela l’humanisme de ces professionnels de l’indignation sélective qui me reprochent d’avoir simplement constaté la réalité ?

Articles récents

Commencez à taper et appuyez sur Enter pour rechercher

Capture d’écran 2017-07-05 à 18.09.52Image non libre de droits.© Robin Hacquardr.hacquard@wanadoo.fr